b. Les supports

 

  • Le ballon-sonde
Il est formé d'un ballon gonflé à l'hélium et d'une radiosonde. Ainsi, le ballon monte à une altitude moyenne de 25 km. En liaison avec la baisse progressive de la pression atmosphérique lors de son ascension, le volume du ballon augmente, jusqu'à ce qu'il éclate. L'ensemble de l'attelage redescend alors lentement ; c'est à ce moment là que s'effectuent les mesures : la sonde transmet toutes les deux secondes les valeurs de pression, d'humidité et de température de la masse d'air qu'elle traverse. La vitesse et de la direction du vent sont automatiquement calculées d'après la trajectoire du ballon. 

Voici le schéma représentant un radiosondage :

 

 

 

 

  • La bouée météorologique
Elle fournit des indications sur la température de l'eau de mer, ainsi que des mesures de la température, de l'humidité et de la pression de l'air afin de repérer les phénomènes se déroulant en mer avant qu'ils n'arrivent sur la terre ferme. Grâce à des capteurs météorologiques automatiques fixés sur celles-ci, mais aussi grâce aux instruments météorologiques qu'elle accueille, tels qu'un baromètre ou un thermomètre. Puis, des signaux radio transmettent les données aux stations météo.


  • Le satellite météorologique
Depuis le premier satellite lancé le 4 octobre 1957, celui-ci s'est perfectionné et a pris une importance considérable en météorologie. Il nous permet de connaître la teneur en vapeur d'eau de l'atmosphère ainsi que la température du sommet des nuages.
Deux types de satellites sont utilisés :
- Les satellites à défilement, gravitent sur une orbite polaire (qui survole les pôles de la Terre) à une altitude de 850 km. Ils effectuent une rotation en 100 minutes, soit un passage au dessus d'un même point terrestre toutes les douze heures. Ils sont très précis, et permettent en particulier de connaître le type de nuages circulant dans la troposphère (partie de l'atmosphère terrestre située entre la surface du globe et une altitude d'environ 8 à 15km). 
- Les satellites géostationnaires, situés sur une orbite équatoriale (qui survole l'équateur de la Terre) à une altitude de 36 000 km. Ils tournent à la même vitesse que la Terre et dans le même sens (même vitesse angulaire). Actuellement, huit satellites de ce type sont en orbite, permettant une vision continue des zones tempérées et tropicales. Les images satellites que nous voyons dans les bulletins météo de la télévision française sont celles fournies par les satellites géostationnaires de l'Organisation Européenne pour l'Exploitation des satellites météorologiques. Ces satellites portent le nom générique METEOSTAT.

Voici la localisation des satellites géostationnaires et à défilement :

Localisation des satellites géostationnaires et à défilement actuellement disponibles


Les images qui ressortent de ces satellites sont donc très utiles en météorologie. Elles permettent de connaître instantanément les phénomènes touchant l'ensemble de la planète. Ces informations sont mémorisées toutes les demi-heure sur des ordinateurs, permettant une déduction du déplacement de l'ensemble des systèmes nuageux à court terme.

 

  • Images satellites
Il existe trois types d'images les plus utilisées :
- L'image vapeur d'eau : donne la vapeur d'eau dans la partie supérieure de la troposphère, afin de déterminer les zones d'ascendance à de hautes altitudes. Les zones blanches contiennent beaucoup de vapeur d'eau, à l'inverse des zones sombres. (cliquez sur l'image ci-dessous pour l'agrandir)

- L'image infrarouge : indique la température du sommet des nuages ou de la surface du sol (ou de la mer). Ce qui permet de savoir jusqu'à quelle altitude montent les masses nuageuses : les nuages bas indiquent une température chaude, les élevés une température très froide. (cliquez sur l'image ci-dessous pour l'agrandir)


- L'image visible : permet de repérer les zones nuageuses les plus épaisses ou les plus denses grâce à la luminance des nuages. (cliquez sur l'image ci-dessous pour l'agrandir)

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site